Fiche Compagnie

Sans Soucis

Nom du ou des créateur(s)
Max Legoubé
Présentation de la compagnie

En 2010, Max Legoubé se lance dans un projet ambitieux, une adaptation personnelle et sensible de Hamlet-Machine d’Heiner Müller, pour marionnettes et formes marionnettiques.

Cette création est le début d’une collaboration réunissant plusieurs artistes autour de la marionnette, dont Léopold Frey, musicien et Frédéric Hocké, plasticien durant plusieurs projets (Peer Gynt – 2013, Les saisons – 2013, Il faudra bien un jour… – 2015).

La Compagnie Sans Soucis questionne les liens possibles entre les pratiques respectives de chacun et les arts du spectacle par la présence de l’objet à la scène. Par cette définition élargie des arts de la marionnette, ils privilégient la poésie et l’ouverture du sens, s’appropriant l’aphorisme d’Heiner Müller : « Adieu à la pièce didactique… ».

Subventions, mécenat

La Compagnie Sans Soucis est membre des Ateliers Intermédiaires et est soutenue par la Région Normandie, le Conseil départemental du Calvados, la Ville de Caen et L’ODIA Normandie.

Adresse
15 bis Rue Dumont d'Urville, Caen, France
France
Email
contact@compagniesanssoucis.com
Site internet
http://compagniesanssoucis.com
Contacts

Diffusion / Production
Alexis Dominski
contact@compagniesanssoucis.com
06 34 05 29 10

Administration
Véronique Rougier
administration@compagniesanssoucis.com
06 80 89 25 48

Liste des spectacles de la compagnie

Oscar Piano

Oscar est un petit garçon. A l’école, nombreux sont ceux qui se moquent de lui. De ses très grandes mains. Ses trop grandes mains. Pour tenir un stylo. Une fourchette. Pour tenir un livre. Sans le vouloir, il fait mal à ses camarades de classe. Il casse leurs jouets quand ils les lui prêtent. C’est ce qu’ils disent. Bientôt, on ne lui prête plus rien. On le laisse dans son coin. On a peur qu’il nous blesse en voulant donner un coup de main. Oscar finit par jouer tout seul, avec ses deux mains. Il leur parle. Leur dit des mots qu’on ne comprend pas toujours. Il est bizarre Oscar. Il n’est pas comme les autres. C’est ce que disent ses camarades. Lorsque le spectacle commence, Oscar s’est réfugié dans une forêt pour échapper aux rires moqueurs, aux quolibets. Il tourne en rond et tombe sur un arbre, qui ressemblerait presque à un piano… un vieux piano abandonné et cassé. Il va le reconstruire….