Fiche Spectacle

M.M.O.

Compagnie: Mémé Banjo - Lionel Hoche
Création: 2015
Formes utilisées: Danse, vidéo
Age: Dès 4 ans
Durée: 30 minutes
Equipe artistique

Chorégraphie et costumes : Lionel Hoche
Video : Claudio Cavallari
Lumières : Nicolas Prosper
Interprètes : Lauriane Madelaine, Quentin Baguet, Céline Debyser

Type(s) de lieu(x): Lieu équipé
Argument

Le spectacle M.M.O. mixe avec délectation danse, musique et vidéo pour créer une oeuvre originale, véritable réinterprétation contemporaine de l’univers des contes de fée du temps passé. Pour cela, Lionel Hoche met en jeu des paysages symboliques, mystérieux et très colorés plongeant le jeune spectateur dans un univers plastique et chorégraphique à la fois détonant et ludique. Cette féérie, servie par une tribu de créatures fantastiques, explore une poétique de l’imaginaire. Au final, on assiste à une fantaisie toute onirique qui allie les technologies numériques à l’artisanat des corps dansants, tout en poussant l’oeuvre sur un terrain fantasmagorique empruntant aux univers de la B.D. ou de l’animation.M.M.O., interprété sur la musique de Maurice Ravel, explore une mythologie contemporaine à partir des contes de « Ma Mère l’Oye » et propose aux enfants un monde poétique dans lequel la dimension ludique est omniprésente au milieu d’images d’une nature sylvestre fantastique en perpétuelle métamorphose.

Coproducteurs

Centre des arts Enghien-les-bains, Compagnie Lionel Hoche

Lieux de région parisienne dans lesquels a tourné ce spectacle :
Biographie des artistes

Né en 1964, Lionel Hoche entre en 1978 à l’École de danse de l’Opéra de Paris, puis rejoint en 1983 le Nederlands Dans Theater, où il travaille sous la direction de Jirí Kylián, et participe aux créations de nombreux chorégraphes invités. En 1988, il signe sa première chorégraphie : U should have left the light on pour le Nederlands Dans Theater II. Il quitte le Nederlands Dans Theater en 1989 pour rejoindre « Astrakan », la compagnie de Daniel Larrieu, et participe à ses créations jusqu’en 1991. En 1992, il fonde la compagnie Lionel Hoche (Association MéMé BaN¬jO) et présente Prière de tenir la main courante au Festival International de Danse de Cannes. Depuis, Lionel Hoche poursuit son travail chorégraphique en créant pour sa compagnie et pour d’autres. À ce jour, il a réalisé plus de cinquante pièces pour une trentaine de compagnies, parmi lesquelles : le Ballet National de l’Opéra de Paris, le Nederlands Dans Theater II, le Ballet de l’Opéra de Lyon, les Ballets de Monte-Carlo, la Batsheva Dance Company, le Ballet national de Nancy et de Lorraine, le Ballet du Grand Théâtre de Genève… Dès 1988, Lionel Hoche a égale¬ment entamé un travail de recherche plastique (sculptures, dé- tournements d’objets) et conçoit depuis 1992 la scénographie de ses chorégraphies. Après une résidence à L’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne de 1998 à 2002, à la Maison de la Musique de Nanterre de 2005 à 2008, et à l’Opéra de Massy de 2010 à 2012, puis au Centre des Arts d’Enghien-les-Bains de 2013 à 2015, la compagnie poursuivra son travail de création et de sensibilisation à la danse contemporaine avec une résidence d’implantation sur les communes de Villetaneuse et Pierrefitte sur Seine dès la saison 15/16 . Parmi les récentes créations de la compagnie on compte M.M.O (2015) lundijeudi (2014), Flashville (2013), Des écumes civiles (2011), En¬trelacs (2010), PAN ! (2008).

Céline Debyser découvre la scène à l’âge de 8 ans, en participant aux spectacles de Jérôme Savary. Cette immersion dans le monde du spectacle vivant oriente son avenir. Elle décide de se former à la danse classique, au conservatoire régional de Paris puis à la danse contemporaine au conservatoire supérieur de musique et de danse de Paris. Elle en sort diplômée en 1995 et commence son parcours d’interprète. Elle rencontre de nombreux chorégraphes notamment Hervé Diasnas, Jean-François Duroure, Bruno Pradet, Richard Mouradian, Françoise Murcia, Mié Coquempot, Odile Duboc, Erika Zueneli, Kataline Patkaï et Lionel Hoche. Ces rencontres accroissent sa volonté d’un travail où le corps est au centre du processus de création. Les collaborations qu’elle développe avec Myriam Gourfing et Rosalind Crisp, soutiennent intensément ce désir.Le rôle d’assistante à la chorégraphie lui permet de développer un autre aspect de la création. Également pédagogue, Titulaire du diplôme d’état, elle mène un travail de sensibilisation auprès de différents publics.

Après des études au conservatoire de Caen de 2007 à 2008, Quentin Baguet poursuit sa formation auprès de COLINE à Istres (Formation Professionnelle Artiste Chorégraphique) de 2008 à 2010. En 2012 il intègre également le PRCC Transform de Myriam Gourfink à Royaumont.Depuis 2010, il travaille en tant qu’interprète pour divers chorégraphes : Thierry Thieû Niang, Lionel Hoche, Virginie Mirbeau, Nadine Beaulieu et Amandine Bajou notamment. Il est également performer et participe au « Reflektor tour » du groupe Arcade Fire, il met en scène la cérémonie d’ouverture des jeux équestres mondiaux 2014 à Caen, il performe aussi pour des défilés de mode, des tournages…Parallèlement à ces activités il développe un travail pédagogique et dispense nombre d’ateliers auprès de public variés, amateurs, scolaires etc.

Lauriane Madelaine débute sa formation à Grenoble en 2003 à l’Institut de Danse et des Arts de l’Isère, puis ensuite au centre James Carlès à Toulouse et enfin à COLINE à Istres (Formation Professionnelle Artiste Chorégraphique) jusqu’en 2010.Elle est depuis l’interprète de nombreux chorégraphes dont : Seydou Boro, Lionel Hoche, Camille Ollagnier, Didier Théron, Ex Nihilo, Sylvain Groud… Elle participe autant aux créations de ces chorégraphes pour la plateau, que pour des projets performatifs, installations, travaux vidéo etc.

Site internet: http://www.memebanjo.com/