Fiche Spectacle

Kube

Compagnie: Cie DK59
Création: 2016
Formes utilisées: danse, vidéo numérique
Age: Dès 4 ans
Durée: 35 minutes
Equipe artistique

Chorégraphie : Gilles Verièpe;
Danseuses : Joanna Beulin, Bi Jia Yang et Yulia Zhabina;
Musique : Vlad Roda Gil;
Art numérique : Fabien Maheu / www.animoplex.net;
Lumière : Paul Zandbelt
Costumes : Arielle Chambon;
Construction décor : Fred Fruchart

Type(s) de lieu(x): Lieu équipé
Argument

Corps. Formes. Couleurs ! Kube invente l’art 3.0 ou l’immersion chorégraphique comme entrelacs de vidéo, 3D, son et mouvement. Gilles Vérièpe trempe sa danse dans l’art pictural. Et pas n’importe lequel : les lignes et surface bleues, rouges, jaunes, noires de Mondrian, les formes géométriques de Malevicht, l’immersion colorée de Mark Rothko. De cette exploration de l’abstraction émerge une danse des sensations, libre, non-figurative. Et l’histoire? Pas d’histoire. Mais une invitation à ressentir la matière, à coller au mouvement des trois danseuses, à se fondre dans la création vidéo qui partout les entoure, à prendre le pouls du la musique hypnotique de Vlad Roda Gil. La scène devient projection picturale totale où l’imaginaire des spectateurs peut rebondir à l’infini.

Coproducteurs

Coproduction et accueil en résidence de création : Le Théâtre de Rungis, Théâtre de Boris Vian de Couëron, Théâtre ONYX – Scène conventionnée danse et arts du cirque de Saint-Herblain Avec le soutien du Conseil Régional Nord Pas-de-Calais-Picardie, du Conseil départemental du Val-de-Marne dans le cadre de l’aide à la création, d’Arcadi Île-de-France, de la Spedidam et de l’Adami.

Lieux de région parisienne dans lesquels a tourné ce spectacle :
Biographie des artistes

Gilles Verièpe est danseur, chorégraphe, pédagogue.
Gilles Verièpe, né en 1975, s’initie à la danse dès l’âge de 13 ans au sein de l’école municipale de Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque, dans le Nord, puis, à 15 ans, à l’école de danse M.-C. Favre à Lyon. Il poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 1991, où il interprète des chorégraphies de Maguy Marin, Dominique Bagouet, Claude Brumachon. Il obtient son diplôme en 1994 avec la mention très bien.
À sa sortie du Conservatoire, il est engagé dans la Compagnie de l’Alambic dirigée par Christian Bourigault, où il participe à la création de la pièce Le chercheur dort. En décembre 1994, il danse pour Andy Degroat dans le cadre d’un court-métrage. Il entre en 1995 dans la Compagnie Philippe Saire basée à Lausanne où il danse Vacarme et participe à la création de Palindrome. En 1996, il intègre le Centre Chorégraphique National de Caen, dirigé par Karine Saporta, où il reprend les rôles dans Le bal du siècle, L’impure, L’or ou le cirque de Marie. Il participe à la création de la pièce Le spectre ou les manèges du ciel.
De 1996 à 1999, Gilles Verièpe est membre du Ballet Preljocaj, Centre Chorégraphique National d’Aix en Provence ; il interprète Noces, Parade, Roméo et Juliette, Liqueur de chair et participe à la création de Paysage après la bataille. En 1999 il rejoint pour deux ans Charleroi/Danses, dirigé par Frédéric Flamand, où il reprend des rôles dans Muybridge et Moving target et participe à la création de Métapolis.
Après la création de sa compagnie en 2000, Gilles Verièpe poursuit des collaborations ponctuelles avec certaines des compagnies qu’il avait intégrées et participe, en 2009, à la création de Hanjo sous la direction de Philippe Asselin avec l’Espace Pasolini Théâtre international. Depuis ses débuts de chorégraphe jusqu’à aujourd’hui, il danse comme interprète dans certaines de ses pièces, et revient régulièrement à une forme chorégraphique spécifique, le solo, qui lui permet d’exprimer, comme interprète de sa propre danse, le lien étroit qu’il éprouve entre interprétation et création chorégraphiques.
…Chorégraphe…
Gilles Verièpe crée ses premières pièces chorégraphiques quand il est encore membre du Ballet Preljocaj : en 1997 il interprète sa première création, un solo intitulé L’homme est derrière son regard comme derrière une vitrine. L’année suivante, il crée Kippec, conte chorégraphique coloré et ludique pour le jeune public.
En décembre 2000, il monte la Compagnie Gilles Verièpe et crée deux pièces : Emma, un duo sensible sur une musique de Schubert, et Egon, portrait(s) de famille, un trio inspiré d’Egon Schiele. Suit, un an après, Zich, un solo en silence sur l’intime, que Gilles Verièpe interprète lui-même.
Mambo!, quintette divertissant mettant en scène les années 1950, est créé en mars 2002. En 2003, Petite anatomie, pièce instinctive sur le corps, réunit sur scène six danseurs et un photographe.
En 2004 et 2005, Gilles Verièpe danse régulièrement auprès de la chanteuse Emmanuelle Bunel, pour laquelle il crée et danse la chorégraphie des pièces Carnet de voyage et Partir!.
Egon, Emma und Zich, créé en 2005 à partir du matériau de trois pièces précédentes, est un trio sur la séduction, la sensualité, la manipulation. En 2004 un autre trio, féminin celui-là, Spinning, met en scène la tension entre plaisir et liberté (il est présentée au festival Off d’Avignon l’année suivante).
En 2006, Gilles Vérièpe crée Zoet, quintette masculin sur la septième symphonie de Beethoven et se voit commander une pièce par la Clef des chants : ce sera Everglade, spectacle pour jeune public mêlant le piano, le corps et la voix.
Après son troisième solo, Phrygian Gates, en 2007, il crée l’année suivante Don Quichotte, itinéraire d’un chevalier errant, pièce littéraire et chorégraphique, puis, en 2009, un quatuor itinérant, Petite formes dansées.
For your love, ballet jubilatoire pour deux femmes et un homme, est créé en 2010. Suivent, en 2012, Le Carnaval de Saëns, pièce pour jeune public, et le duo Gilles & Yulia en 2013. En 2014 et 2015 seront créé She-mâle, pièce pour sept danseuses, et E-scape quatrième solo interprété par Gilles Vérièpe. En 2016, il rencontre Ingrid Thobois, écrivain avec laquelle il crée « L’architecture du hasard » dans le cadre de Concordan(s)e.

Site internet: http://cie-dk59.com/site/