Fiche Spectacle

Papiers Dansés

Compagnie: La Libentère
Création: 2017
Formes utilisées: danse et arts plastiques
Age: Dès 2 ans
Durée: 30 minutes
Equipe artistique

sur une proposition plastique de Nicole Fellous
chorégraphie et mise en scène : Véronique His
assistante chorégraphie : Pascale Luce
recherche chorégraphique et interprétation : Lilas Nagoya
composition musicale : Agnès Chaumié
lumières : Eric Guilbaud
photographies : Laetitia d’Aboville

Type(s) de lieu(x): Lieu équipé
Argument

Sans narration, d’action en action, une danseuse dialogue avec le papier et crée des formes abstraites qui seront les témoins de l’empreinte de son corps dans la matière.
De la feuille à la parure, de la chrysalide au rocher lunaire, du végétal au samouraï, l’imaginaire par embardée avance et trace son chemin…
Petit à petit le spectacle se construit en lien avec le sonore et le musical. L’imaginaire des spectateurs petits et grands pourra s’y loger.

Coproducteurs

Coproduction Enfance et Musique, Service culturel d’Arcueil, Maison de la Culture de Nevers
Soutien de la Ville de Gennevilliers et de Saint-Pierre-les-Elbeuf

Lieux de région parisienne dans lesquels a tourné ce spectacle :

Calendrier des prochaines dates et lieux de diffusion

R: Séance réservée aux crèches et scolaires

Parc culturel de Rentilly - Michel Chartier - 1 Rue de l'Étang, Bussy-Saint-Martin, France
Mercredi 27 juin 2018 à 16h00

Réservation: 01 60 35 46 72

Prix des places:

Biographie des artistes

VÉRONIQUE HIS

Profondément influencée par le monde qui l’entoure Véronique His est attentive à ce qui la fait changer d’état, elle procède par imprégnation des choses extérieures qui s’inscrivent dans le corps. Observer et être dans la nature constitue une source d’inspira- tion et d’imprégnation pour son travail.
Après des études de danse contemporaine à New York chez Merce Cunningham elle part au Japon pour suivre l’enseignement de Kazuo Ohno co-fondateur du mouvement Buto. Les voyages en Afrique puis en Inde ont enrichi son langage chorégraphique.
Elle est praticienne de la méthode Feldenkrais.
Aujourd’hui résidant en Normandie, elle y développe son travail artistique.
Depuis 1991 elle écrit et interprète des spectacles pour le très jeune public : Terre de Lune, 2 doigts de comédie, Comment ça va sur la terre ?
En 2008 elle chorégraphie le solo Au bord de l’eau forme in situ et théâtre et poursuit son travail avec la création Duo des bois
Elle collabore depuis de nombreuses années avec l’équipe d’Enfance et Musique où elle développe un travail de recherche sur la danse et le très jeune enfant.
Elle s’attache à transmettre sous forme de stages et de conférences les clés pour une rencontre dansée partagée entre adultes (danseurs amateurs et professionnels) et enfants.

 

LILAS NAGOYA

Elle est interprète pour les chorégraphes et metteur-en-scène Philippe Grandrieux, Pedro Pauwels, Kaori Ito, Véronique His, Xenia Petrenko, Chantal Mélior, Eric Didry, Kohei Narumi. Elle collabore depuis l’automne 2015 avec la photographe Elizabeth Prouvost à une série de photographies sur l’Informe, inspirée des écrits de Georges Didi Huberman.
Elle rejoint en 2008 l’Académie Fratellini pour y être écuyère et voltigeuse à cheval, après des études d’Histoire des Arts et de Phi- losophie. En 2011 elle intègre le LEM (Laboratoire d’Etude du Mouvement pour la scénographie) à l’Ecole Internationale Jacques Lecoq à Paris. Elle y approfondit les notions de corps burlesque et de jeux sur les registres dramatiques. Depuis 2011 elle relie la pratique de la danse contemporaine, le théâtre et les arts plastique en France, en Russie et au Japon. Sa pratique hollistiques des disciplines artistiques la porte vers la mise en scène. Elle fonde avec Laura Fanouillet, Nicolas Fayol et Tom Sandrin l’association Hinterland en 2016. Un projet de laboratoire et création débutera en 2017, il sera accueillie au centre d’art Ramdam.

 

NICOLE FELLOUS

L’oeuvre de Nicole Fellous s’enracine dans son enfance passée dans une ville côtière de la banlieue de Tunis où elle a vécu jusqu’à l’âge de quinze ans. Son héritage tunisien se révèle et s’incarne dans la luminosité de ses dessins-écrans, dans ses volumes tissés en l de fer. Sa fascination pour la lumière et la transparence a été nourrie par la luminosité de sa ville natale, par la blancheur de son architecture, par le jeu d’ombres portées des éléments décoratifs, tels que des balcons, sur les murs ; par les moucharabiehs.
C’est avec le l de Maillechort que Nicole Fellous tente de transcrire l’insaisissable. La série des Tissages, réalisée entre 2000 et 2005, réunit plusieurs aspects de l’ensemble de son oeuvre. Modelées en larges maillons de l, les sculptures en forme de contenant sont traversées de lumière. L’artiste nous dit que ces formes sont inspirées par les nasses des pêcheurs, mais les sculptures, elles, ne contiennent rien. Ouvertes en bas et en haut, elles sont des lieux de passage, des métaphores du corps, du végétal et de la continuité de la vie. Chacun des volumes est comme un fragment, une partie d’un tout qui comprend aussi l’espace autour.
Devant la série des Tissages, accrochée en haut du mur, l’oeil du spectateur suit les traits en l de fer qui se prolongent jusque dans les ombres portées sur le mur.
Nicole Fellous est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.
Elle est engagée depuis plus de 20 ans dans le monde de l petite enfance à travers l’association Enfance et Musique et publie Les carnets de l’éveil : une artiste à la crèche… mais pourquoi ?

 

 

Laetitia D’ABOVILLE

Laetitia d’Aboville est née en 1983 et vit à Pantin (93). Après des études de communication, elle se lance dans la photographie en 2009 et répond d’abord à des commandes institutionnelles.
Peu à peu elle construit sa démarche artistique autour de la place de chacun dans la société, elle interroge les codes pour pouvoir éventuellement les casser. La normalité la taraude. Rentrer dans le moule, sortir du cadre, elle veut af rmer son libre arbitre. In uencée par Gilbert Garcin et Jacques Tati, elle cherche toujours à titiller la limite du rêve même si le réel a une vraie place dans ses images.
Dans une démarche de plus en plus plasticienne, elle est aussi fascinée par la composition précise des images, les lignes, les pers- pectives, les aplats de couleur.

Site internet: https://www.veroniquehis-papiersdanses.com/