Fiche Spectacle

Vol retour

Compagnie: Orchestre et Académie de l'Opéra National de Paris
Création: 2015
Formes utilisées: Opéra
Age: Dès 4 ans
Durée: 45 minutes
Equipe artistique

MUSIQUE : Joanna Lee
LIVRET : Rory Mullarkey
D’APRES le livre d’images_ The Way Back Home, Oliver Jeffers publié chez HarperCollins
ADAPTATION FRANCAISE : Mirabelle Ordinaire
DIRECTION musicale : Stephen Higgins
MISE EN SCENE : Katie Mitchell
CHORÉGRAPHIE : Joseph Alford
COLLABORATION ARTISTIQUE : Robin Tebbutt
DÉCOR / COSTUMES : Vicki Mortimer
LUMIERES : James Farncombe
Chanteurs de l’Atelier lyrique de l’Académie de l’Opéra national de Paris
Musiciens de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris
Musiciens en résidence à l’Académie

Type(s) de lieu(x): Lieu équipé (Théâtres)
Argument

Un petit garçon en quête de nouvelles aventures trouve un avion caché dans son placard. Sans hésiter, il part explorer l’univers mais, à court d’essence, se voit forcé d’atterrir sur la lune. Il y rencontre une Martienne dont la soucoupe volante est en panne. Parviendront-ils à se lier d’amitié, et à conjuguer leurs efforts pour rentrer chez eux ? Vol retour plonge le jeune public dans l’univers musical contemporain de Joanna Lee et lui offre une occasion unique de découvrir le monde ensorcelant de l’opéra. Katie Mitchell, figure principale du théâtre contemporain, signe une mise en scène pleine d’intelligence et de poésie, portée par les chanteurs de l’Atelier lyrique, les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra, les musiciens et le metteur en scène en résidence à l’Académie.
Entretien avec Joanna Lee, réalisé par l’ENO (English National Opera)
« Les professionnels de la musique se sont tous initiés à leur discipline dès l’enfance. J’estime primordial de transmettre notre expérience et notre enthousiasme aux enfants, de les nourrir très tôt d’œuvres musicales enrichissantes, authentiques et de grande qualité.
L’opéra offre cet univers prolifique et audacieux, cette forme artistique multidisciplinaire universelle parfaite pour divertir et éveiller les jeunes esprits. L’imagination des enfants eux-mêmes est d’ailleurs tellement féconde que l’excuse est toute trouvée pour donner libre cours à sa créativité artistique !
Je suis attentive à ne pas transgresser les règles que j’applique habituellement à mes compositions au motif que les œuvres en question sont destinées à un jeune public. Agir autrement reviendrait à adopter une attitude paternaliste à leur égard, oublieuse des adultes qui seront dans la salle et peu gratifiante non seulement pour soi, mais aussi pour tous les artistes concernés. Rory Mullarkey (librettiste de The Way Back Home) et moi-même gardons en tête le conseil de Roald Dahl s’agissant des « quatre réactions auxquelles un récit pour enfants doit donner lieu » :
1. Rire (les faire rire de bon cœur)
2. Gesticulations
3. Fascination
4. Enthousiasme débordant
J’ai ciblé quasi-invariablement la variété musicale, autrement dit une musique dynamisante et colorée, émaillée de scènes courtes faisant la part belle à l’action. J’ai également fait en sorte que cette musique leur « parle » ; côté percussions, ils n’auront aucun mal à reconnaître certains instruments : ustensiles de cuisine, explosion de ballons de baudruche, avalanche de balles de ping-pong et piano jouet ! Parallèlement à la composition, j’assure également des cours d’éducation musicale. J’ai beaucoup appris de cette proximité avec les enfants – ce qui les fascine, mais aussi ce qui les ennuie – et m’appuie énormément sur cette expérience. Je redécouvre, au demeurant, l’immense plaisir et la joie que m’apportaient la musique dans mon enfance.
Comment savoir ce qui plaira ou non aux enfants ? Voilà qui relève quelque peu de la devinette – il y a une réplique au cours de la pièce, criée par tous : « Don’t push that button ! ». Au cours de l’atelier, parmi tous les choix possibles, c’est ce moment qui a été préféré par les enfants ! Qui l’aurait cru ?! Une seule certitude : les enfants ne trichent pas ! »

Coproducteurs

Coproduction Académie de l’Opéra National de Paris avec l’English National Opera

Biographie des artistes

JOANNA LEE

Described by The Guardian as « a considerable talent », Joanna’s compositions have been shortlisted for a British Composer Award and Arts Foundation Opera Composition Award, featured in Premieres of the Year in Classical Music magazine and her first chamber opera received the Stephen Oliver Award. She was the 2013 recipient of the John Clementi Collard Fellowship.

Current commissions include a piece for the BBC Proms for Hilary Summers and Birmingham Contemporary Music Group, with future projects for Opéra National de Paris and the Royal Swedish Opera. Recent commissions include a children’s opera for English National Opera directed by Katie Mitchell, BCMG/SAM Apprentice Composer in Residence mentored by Oliver Knussen, and a residency at Aldeburgh composing a choral piece for Aldeburgh Music Club to celebrate 60 years since their founding by Benjamin Britten.

Performances include London Symphony Orchestra, English National Opera, BCMG, Psappha, CHROMA, Orchestra of the Swan, EXAUDI, Elysian Quartet, Leigh Melrose, Loré Lixenberg, Jane Manning, Sarah Leonard and Omar Ebrahim, Joby Burgess and the Fidelio Trio in the Aldeburgh Festival, Park Lane Group Young Artists Series and Ultraschall Festival in Berlin.

Joanna has studied on the Britten-Pears Contemporary Composition Course, LSO Panufnik Scheme and Jerwood Opera Foundation Course. She holds a PhD in composition from Birmingham Conservatoire tutored by Richard Causton and Edwin Roxburgh, and was awarded Honorary Membership by the Conservatoire in 2013 for significant contribution to her field of profession.

Native du Royaume-Uni, Katie Mitchell est aussi à l’aise sur les rivages de l’opéra et de l’art vidéo que dans la haute mer du théâtre, façonnant un langage théâtral original. Dès ses débuts, elle pose son regard curieux et novateur sur les grandes pièces du répertoire avec sa compagnie Classics on a Shoestring (Classiques à petits prix). Accordant autant d’importance au geste qu’à la parole, elle trouve dans la précision toute chirurgicale du théâtre russe une influence profonde, puis se tourne vers l’Allemagne, où elle est réguliè­rement invitée par les théâtres les plus prestigieux, comme la Schaubühne de Berlin ou le Schauspiel de Cologne. La question de la temporalité l’obsède et l’amène à rechercher sur le plateau un tempo qui laisse le plus de place possible à la subjectivité. Attirée par la liberté formelle du film, son langage théâtral trouve une singularité technique et sensible au contact du vidéaste Leo Warner. Avec lui, elle met au point une très subtile utilisation des caméras sur scène, permettant d’observer au plus près les compor­tements et les gestes imperceptibles des protagonistes de ses spectacles. Que ce soit dans son adaptation du roman de Virginia Woolf, Les Vagues (2006), ou dans ses créations à l’opéra, ses mises en scène multiplient les perspectives et se libèrent du rythme scénique ordinaire. On a pu découvrir son travail en France en 2011 avec la présentation au Festival d’Avignon de Christine, une adaptation personnelle de Mademoiselle Julie de Strindberg, puis en 2012 avec Les Anneaux de Saturne, d’après le roman de W. G. Sebald, et Ten Billion, imaginé avec le scientifique Stephen Emmott. Cet été, elle présentera également au Festival d’Aix-en-Provence La Maison occupée, du jeune compositeur Vasco Mendonça.