Fiche Compagnie

En avoir ou pas

Nom du ou des créateur(s)
Conception : Emilie Faïf & Katalin Patkaï
Présentation de la compagnie

Méthodes et intentions
Notre approche s’appuie sur l’observation,
l’intérêt et le ressenti, et s’est nourri de
quelques lectures : L’Éveil du tout-petit de
Janine Lévy, Période sensibles dans le développement
psychomoteur de l’enfant de 0 à 3 ans
de Pierre Delion et Roger Vasseur, L’enfant
dans la ville de Françoise Dolto.
Notre fil conducteur : D’abord « la phase de
découverte », que l’on constate dès le début de
la « vie », puis vient la « phase de déconstruction
» quand l’enfant cherche une réponse à
travers les objets en les utilisant et en les
manipulant plus ou moins brutalement jusqu’à
environ 3 ans. Puis, « la phase de construction »,
avec l’acquisition de l’agilité et de la préhension.
Déjà tout petit l’enfant est créatif. Il crée dans
la mesure où chacun de ses gestes et sensations
sont originels et inédits. Le nouveau né
est un être unique tout comme le sont ses
gestes et mimiques pour ses parents et pour lui
même. Petit à petit sa mobilité croissante lui
permet de s’étonner plus avant, de découvrir le
monde et de fabriquer le sien. Aussi, il est
important que son entourage lui laisse une
porte grande ouverte à l’exploration et lui
donne de quoi alimenter sa curiosité naturelle.
Voilà pourquoi nous recherchons, à travers ce
spectacle, une forme où l’enfant pourra
assouvir cette soif de découverte. VOIR,
APPROCHER, TOUCHER, en un mot PARTICIPER.
Nous sommes parties du processus de l’enfant
qui découvre un objet : phase de reconnaissance,
phase d’appréhension, phase de
préhension.
Le matériau « mousse » s’est alors imposé.
Il prendra des couleurs pastelles, des formes
déclinées à l’infini. Il répondra à la nécessité
de sécurité par son moelleux. Les volumes
pourront s’architecturer très simplement et
leur chute sera inoffensive. Organisés, ils
formeront un paysage changeant, bouleversé
par le corps de la danseuse. Est-ce une sorte
de costume habité par la danseuse ou manipulé
par elle, ou les deux ?
Pas d’histoire, à proprement parler, mais un
parcours, des transformations, des aventures,
un monde qui évolue en direct. La danseuse
manipule des objets de taille réduits, les anime,
fabrique un lion qui devient maison la seconde
suivante.
À travers toutes ces évolutions s’établira un
« dialogue » visuel entre l’enfant et l’univers
plastique proposé.
Le sucre, matière de base des bonbons et
des pâtisseries, permet de s’appuyer sur un
élément connu de l’enfant et aussi élément
de convoitise. La gourmandise s’associe à ce
détournement d’objet, les couleurs guimauves
des mousses rappellent le moelleux des
matières. C’est donc un univers très doux au
toucher comme à la vue que nous proposons.
Il apporte un sentiment de confort et de
sécurité associé à la curiosité provoquée
par le corps de la danseuse. Ce corps qui,
grâce à ses mouvements, transforme le
paysage, le fait évoluer au gré de la trame.
Le corps est d’abord proposé morcelé. Il
apparaît progressivement, comme pour donner
de l’importance à chacun des membres et
définir leur fonction : la main saisit un objet,
les pieds marchent, mais que fait le reste et
pourquoi ? Un mouvement d’ensemble est
généré en reliant les membres aux mouvements
par le maniement de la mousse.
La globalité du corps se révèlera d’autant mieux
que les membres auront été présentés un à un.
Chez le tout petit enfant cette globalité du
mouvement est instinctive et il est important
de la valoriser, car cette capacité organique va
disparaître au fil de son apprentissage social
au profit d’un usage du corps pratique. Dès la
maternelle il apprendra à s’asseoir sur des
chaises, puis, devant un écran. La vie sédentaire
l’amènera à sous investir son corps.
À moins qu’il ne reste à l’écoute de son bien-être.

Subventions, mécenat

Production : Cie en avoir ou pas, accueil studio CND.

Biographie du ou des créateur(s)

Notre projet repose sur une vision personnelle
et très humble de l’enfance ainsi que sur nos
parcours respectifs :
Émilie Faïf est plasticienne et scénographe,
diplômée des arts appliqués Olivier de Serres
et de l’École nationale supérieure des arts
décoratifs (ENSAD) de Paris. Elle inscrit son
travail dans les domaines tels que la mode,
l’installation urbaine, la scénographie théâtrale
et aussi la petite enfance, avec sa collaboration
à l’Atelier des Enfants du Centre Pompidou.

Katalin Patkaï est également issue de
l’ENSAD. Chorégraphe et danseuse de profession,
elle a suivi des modules de somatologie
sur le développement moteur de la petite
enfance. Elle étudie à l’Ecole des ailes du yoga
pour devenir professeur à destination des
petits. Leur rencontre remonte à l’ENSAD, mais
c’est récemment qu’elles projettent de réaliser
ensemble une forme de spectacle destinée
aux plus petits. L’une invente un espace visuel,
l’autre investit ce dernier et lui donne vie par
la danse.

Adresse
64 Avenue Emile Cossonneau 93160 Noisy-le-Grand
France
Téléphone
06 62 46 07 51
Email
association.enavoiroupas@gmail.com
Site internet
http://www.katalinpatkai.com/
Contacts
Julie Trouverie / diffusion & communication: association.enavoiroupas@gmail.com / 06 81 53 15 03

Liste des spectacles de la compagnie

Remous

Au milieu de centaines de morceaux de mousse, le corps de la danseuse bouleverse, modifie l’espace et invente un paysage en perpétuelle transformation.
Cet univers est-il un costume habité par la danseuse ou manipulé par elle,
ou les deux… ?…