Fiche Compagnie

Itotoyo

Nom du ou des créateur(s)
Carole Parpillon
Présentation de la compagnie

Spectacles chorégraphiques pour la petite-enfance

Biographie du ou des créateur(s)
Carole Parpillon a suivi une formation en danse classique et en danse contemporaine à Lyon avec A.Astié et à Paris avec différents chorégraphes au CND, TCD. En 98, Carole suit la formation à l’enseignement de la danse. Elle travaille avec des chorégraphes, V. Bengoléa, V. Moin, P. Découflé, Bob Wilson et
avec des Plasticiens, M.C. Beck, C. Buri-Herscher, V. Lenouvel. Interventions dansées au Centre Georges Pompidou dans le cadre des parcours «Clin d’oeil». Depuis 1998, Carole est chorégraphe et interprète de l’ass. ça ne s’attrape pas avec du papier tue mouche, Cie itotoyo. En 2001, Carole plonge dans l’univers des très jeunes enfants. Depuis elle crée et interprète des spectacles tout public à partir de 6 mois, de 18 mois ou en famille selon les propositions. Spectacle toujours en tournée : «Promenade dans un jardin d’été», «Printemps 1 et 2», «Le ventre du racoin», «Dans les plis de la montagne» et «Crêpes croustillantes aux trois délices». En parallèle de la création, Carole mène des projets de sensibilisation à la danse et d’activité d’éveil par la danse en
direction : des jeunes enfants, des professionnels petite enfance et des parents. Elle intervient lors de journées pédagogiques dans le monde de la petite enfance. La cie est sollicité pour des projets de plus d’ampleur lors de journée professionnelle (représentation, débat, atelier de danse pour les
adultes).
Adresse
Association ça ne s’attrape pas avec du papier tue-mouche
La Tuilerie, 16210 Yviers
France
Téléphone
05 16 38 87 86
Email
cie@itotoyo.com
Site internet
http://www.itotoyo.com/
Contacts

Directrice artistique => Carole Parpillon : 06 20 39 21 49 /cie@itotoyo.com

 
Chargée de la diffusion => Virna Cirignano : 06 66 91 90 54 /virnacirignano@itotoyo.com
 
facebook : cie.itotoyo
 

Liste des spectacles de la compagnie

Après la pluie, après

Ce solo nous plonge dans un univers où la lumière et la scénographie symbolisent cette saison parfois pluvieuse et douce à la fois. Un entre deux poétique où tout est permis. Ce spectacle est conçu pour donner à voir non la nature, mais ses différents aspects et les émotions dont elle charge l’imaginaire. Nous ne serons pas dans la description d’un paysage d’automne mais dans l’évocation de celui-ci. Nous inviterons notre public à un voyage imaginaire au coeur de l’automne.
«Traversée de la forêt» Parcours/installation : conception Olivier Charbonnel/ Carole Parpillon
Il s’agit ici d’investir un espace autre que le lieu de représentation, avec un parcours automnal. Ce lieu peut se situer à l’intérieur même du théâtre et-où dans d’autres lieux culturels de la ville pouvant ainsi favoriser des actions transversales.
L’exposition s’anime et prend son sens par la présence active du visiteur. Cette traversée sera conçue pour être touchées, traversées, habitées et regardées. Elle permettra au visiteur d’être en alternance acteur et spectateur….

Le ventre du racoin

Ce spectacle, composé de trois tableaux, nous plonge dans les coins et les recoins de la symbolique du ventre. C’est une histoire de ventres ronds, doux, pointus, ou relevés en bosse… Autant d’enveloppes qui protègent des chocs de la vie.
Progressivement nous nous retrouvons à l’intérieur de cette « boîte à mystère ». Ce haut lieu de transformation laisse alors apparaître un univers doux et ouaté. Des objets douillets flottent, comme par magie, dans les airs. Un lointain souvenir protecteur envahit les esprits. Le temps qui s’écoule n’a
pas la même durée, ici le temps prend son temps. Il n’y a plus d’espaces superflus, tout se remplit et s’étoffe au fur et à mesure…
Il faut maintenant quitter ce cocon, cette caverne de nombreux mythes d’où l’âme doit sortir pour éprouver une nouvelle réalité. Cette fois c’est la peau qui devient le territoire à explorer. Des marques appliquées sur les parties visibles du corps constituent une forme d’écriture et de communication. Des
parures qui s’exhibent et se remarquent apparaissent, une topographie poétique du corps s’écrit alors….