Fiche Compagnie

Cas public

Nom du ou des créateur(s)
Hélène Blackburn
Présentation de la compagnie

Au moment de fonder sa compagnie en 1989, Hélène Blackburn figure déjà parmi les étoiles montantes d’une nouvelle génération de créateurs en danse actuelle. Si Cas Public est la résultante immédiate des efforts soutenus de sa fondatrice, la compagnie se veut avant tout un point d’ancrage pour des artistes de divers horizons, gravitant autour d’une recherche chorégraphique commune. En évitant le choix d’une appellation éponyme pour la compagnie qu’elle dirige, Hélène Blackburn a voulu se soustraire au mythe du chorégraphe omniscient. Pour elle, créer est un acte collectif. Ainsi, le nom même de la compagnie témoigne de ses intérêts sociaux et de ses convictions quant au rôle joué par l’artiste dans la société.

En s’embarquant pour chaque nouveau voyage créatif, la chorégraphe et ses collaborateurs cherchent à revitaliser leur vocabulaire et leur approche pour approfondir chaque fois davantage leur propos, toujours traité avec vigueur et une pointe d’humour. Au bout d’une vingtaine d’années de recherches, le travail de la compagnie apparaît comme un condensé d’observations sur la condition humaine, énigme de tous les temps. Ses partitions chorégraphiques fougueuses, qui conjuguent un engagement physique intense et un sens théâtral inné, se tiennent résolument à distance des codes établis et posent sur l’être humain un regard à la fois acéré et empreint d’humanité.

Au fil des ans, Cas Public a réussi à se hisser au rang des compagnies canadiennes jouissant d’une réputation internationale. La compagnie demeure toutefois enracinée dans la réalité culturelle québécoise, où elle multiplie ses efforts pour promouvoir la danse actuelle auprès du public et contribuer à son développement. Tout en continuant la création pour le grand public, Cas Public relève un nouveau défi en s’aventurant sur le terrain du spectacle jeune public avec la création, en 2001, de Nous n’irons plus au bois, œuvre qui compte aujourd’hui plus de 300 représentations à son actif. Barbe Bleue, Journal Intime, Variations S, les opus jeunesse qui lui ont succédé, ont été présentés dans des festivals et salles réputées à travers le monde, de Chicoutimi à Madrid en passant par l’Opéra Bastille de Paris et l’Opéra de Bordeaux.

Depuis maintenant 25 ans, chacune des créations qui ont ponctué l’évolution de Cas Public atteste la poursuite de l’excellence dans le renouvellement des codes gestuels. La réputation de la compagnie s’est construite grâce à la qualité exceptionnelle de ses œuvres, reconnues pour leur fougue et leur prouesse, et par une présence assidue sur la scène nationale et internationale.

Biographie du ou des créateur(s)

Depuis 1983, Hélène Blackburn fait entendre son audacieuse voix chorégraphique au Canada comme à l'étranger. Après avoir suivi des études en ethnographie et en théâtre, c’est finalement l’exploration du corps dansant, passion qui l'habite et qu'elle exerce depuis l'âge de cinq ans, qui se révèle le meilleur moyen d'exprimer sa réflexion sur le comportement humain, sujet qui lui paraît inépuisable.

Elle reçoit sa formation professionnelle aux Studios de Linda Rabin (devenus maintenant LADMMI – l’école de danse contemporaine) et à l'Université du Québec à Montréal (baccalauréat en 1984, maîtrise en 1996). À l'UQÀM, elle fait la rencontre de Jean-Pierre Perreault avec lequel elle collabore comme interprète à la création de JOE. Elle dansera ensuite avec la Fondation Jean-Pierre Perreault de 1983 à 1989 dans les œuvres Stella, Nuit, Les lieux-dits et Piazza. 

Artiste engagée pour l'avancement de sa discipline, chorégraphe recherchée et pédagogue reconnue, Hélène Blackburn s'illustre également à l'extérieur de Cas Public. Elle est régulièrement invitée à créer au sein de différentes compagnies, dont Bare Bones et Diversions au Royaume-Uni et Panta Reis en Norvège, pour lesquelles elle a chorégraphié des œuvres tant pour le grand que pour le jeune public. Elle collabore aussi, à titre d'enseignante ou de chorégraphe, avec les principaux centres de formation professionnelle en danse au Canada et en Europe, notamment LADMMI, l'Université Concordia, l'UQÀM, l’Université Simon Fraser à Vancouver, l'École supérieure de ballet du Québec, l'École de Danse de Québec, le Centre Laban à Londres et l'Accademia di Danza à Venise. L'originalité et la qualité de la démarche d'Hélène Blackburn lui valent, en 1990, le prix Jacqueline-Lemieux, décerné par le Conseil des Arts du Canada. En 1999, elle reçoit le prix chorégraphique Bonnie Bird pour l'Amérique du Nord, décerné par le prestigieux Centre Laban à Londres. Cas Public reçoit le prix de la création de l’OFQJ à RIDEAU 2001 et le Prix de la tournée RIDEAU 2002.

Adresse
3505 rue Durocher
Montréal-Ouest Montréal-Nord Montréal
Canada
Téléphone
+1 (514) 390-1110
Site internet
http://www.caspublic.org/
Contacts

> Responsable des communications - Mickaël Spinnhirny

communications @ caspublic.com

> Diffusion Europe - Mickaël Spinnhirny
 +1 (514) 390-1110

communications @ caspublic.com

Liste des spectacles de la compagnie

Gold

GOLD comme Goldberg. GOLD comme Gould. Un morceau mythique. Un pianiste génial et inspiré. Deux chorégraphes et cinq danseurs qui se jouent du chef d’oeuvre de Bach. Hélène Blackburn & Pierre Lecours revisite un des chefs-d’oeuvre de la musique classique, Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach dans la version singulière donnée par Glenn Gould. À l’image de cette partition, les interprètes inventent une danse puissante empreinte de poésie et d’effets en trompe l’oeil. Par le détournement audacieux d’objets présents dans le quotidien des enfants et cette approche ludique qui a fait sa marque, Cas Public transforme la scène en un véritable lieu d’affrontement entre le réel et ses illusions, un jeu de cache-cache qui subjuguera les enfants comme leurs parents!…

Petites études curieuses

Dans une forêt, un loup et une petite fille vêtue de rouge se rencontrent… Inspirée par la célèbre histoire du Petit Chaperon rouge, la chorégraphe Hélène Blackburn, de la compagnie québécoise Cas Public, livre une version du conte affranchie de tout schéma narratif, où loup et chaperon se confondent et se multiplient.
Avec objets, marionnettes et train électrique, un quatuor, composé d’une danseuse et de trois danseurs époustouflants, interprète saynètes et citations, sur une composition musicale de Martin Tétreault (dialogues remixés, notamment entre Debussy et Duke Ellington). Un langage corporel expressif, précis, rythmé, qui intègre par moment la gestuelle de la langue des signes, hommage à l’un des danseurs. Suites endiablées et variations joyeuses, ces Petites Etudes curieuses s’ouvrent et se concluent par la projection de deux courts films d’animation de Marjolaine Leray, espiègles à souhait….

Suites curieuses

Librement inspirée de l’un des contes populaires les plus connus du monde occidental, Suites curieuses expose entre ombre et lumière un pétillant quatuor.
Dans un subtil chassé-croisé, trois hommes et une femme vont et viennent, espiègles et malicieux, pour donner vie et corps aux célèbres personnages du petit chaperon rouge.
Avec ce souci du détail, cette élégance et ce raffinement propre aux créations de la compagnie Cas Public, compères loups et le petit chaperon rouge se retrouvent aux prises avec une foule d’objets qui insufflent une vitalité inédite à cet indémodable classique.
Le spectacle est pour grands et petits, très grands et tout-petits, et chacun peut y trouver son… conte….