Fiche Spectacle

Gingko Parrot, dans mon arbre il y a...

Compagnie: Compagnie Aérostat Marionnettes Kiosque (AMK)
Création: 2009
Formes utilisées: performance ludico-sonore pour les petites personnes
Age: Dès 9 mois
Durée: 45 mn (avec temps d'accueil) performance : 25 mn
Equipe artistique

Conception, mise en scène, scénographie : Cécile Fraysse
Musique et jeu en direct : Alexandre Lévy
Jeu : François Genty
Lumières : Olivier Foy

Merci à Angélique Veerbeck, Hélène Barrier et Olivier Jarry pour leur aide au décor.

Type(s) de lieu(x): Lieu équipé, Lieu non-équipé (Espace nécessaire: 10x10 m)
Argument

« Gingko » est cet arbre millénaire, véritable fossile vivant, et symbole de longévité.
« Parrot », c’est un perroquet multicolore, bavard, sauvage et pourtant domesticable à loisir. Il symbolise une mémoire volatile, transmise par strates, répétitions et métamorphoses incessantes.
« Gingko Parrot, dans mon arbre il y a… » invite les spectateurs de 10 mois à 3 ans à pénétrer un « autre monde », singulier et personnel : une arborescence dans toute sa dimension organique, végétale et animale. Dans cet espace intermédiaire se tissent des liens symboliques et logiques, entre le maillage familial et celui des couleurs, des matières et des sons.
Accompagné sur scène par un musicien et un éclairagiste, le comédien joue à naître et renaître incessamment par la manipulation ludique du décor et l’effeuillage de son costume. Ces métamorphoses symbolisent de manière sensorielle l’idée de métissage propre à la famille : sensations de strates qui nous constituent, réseau de racines et de chemins de vie possibles qui s’offrent à nous.
« Spect’acteurs » en libre circulation, les enfants peuvent se laisser guider par les propositions gestuelles du comédien et les ambiances sonores. Ils décident à leur rythme de le suivre ou de garder leurs distances, de toucher ou de contempler, de se cacher ou de tendre les bras, d’imiter ou de se blottir. Dans cette logique de mouvements et d’initiatives respectés, à laquelle le comédien et le musicien prennent plaisir à répondre sans jamais perdre le fil de leur voyage, les enfants découvrent à la mesure de leur corps et de leur sensibilité tout un matériel à explorer : tentes, tapis, peluches, objets.
Au fil de leurs passages, leurs gestes et leurs voix influent sur la matière concrète et fantasmée qui ne cesse de les immerger.

Ce voyage exploratoire, ludique et sensoriel, joue sur les variations constantes de temps et d’espace, il libère des émotions, des pensées et des actions contrastées qui obéissent aussi bien à la pulsion qu’au désir extatique.

L’enjeu essentiel de cette création à vocation expérimentale, à la frontière des arts performatifs et plastiques, est d’amener les enfants à faire la découverte de leur propre imaginaire par la traversée commune d’un espace fabuleux.

« Les enfants ne vont jamais au théâtre, au spectacle, au sens où nous pouvons l’entendre. Les petits enfants, plus encore, transforment les lieux qu’ils fréquentent en autant d’espaces de vie, de jeu et de pensée. »
Patrick Ben Soussan, « Les bébés vont au théâtre »

Objectifs pédagogiques :

§ l’immersion sensorielle dans un univers fantaisiste, stimulant le plaisir simple des sens et de l’imagination

§ la découverte pour les enfants et les adultes les accompagnant de nouveaux codes de représentation et de réception stimulant la prise d’initiative dans le respect : expérience singulière de spectateur par son immersion physique et sensorielle dans le dispositif sonore et plastique, grande proximité corporelle avec le comédien, possibilité de mettre en oeuvre l’idée de « main et corps pensant » comme alternative d’appropriation d’un spectacle. Cette expérience de théâtre se veut respectueuse des besoins essentiels des tous petits dans leur désir fort de « goûter » les matières pour capter le monde.

§ la mise en relation du tout petit avec des notions et émotions liées à la famille. Par une approche sensorielle portée par la musique et les ambiances sonores, en contact permanent avec des jeux de mélanges chromatiques et de renaissances, ce spectacle s’aborde tel un puzzle à tiroirs de nos identités familiales.

Coproducteurs

Une coproduction Cie A.M.K. et Théâtre de la Marionnette à Paris.
Résidence de création : Ferme de Bel Ebat / Guyancourt, La Ferme du Mousseau / Elancourt, Le Prisme / Elancourt, Tas de Sable Ches Panses Vertes, Pôle des arts de la marionnette en région Picardie, missionné par le Ministère de la Culture et de la Communication au titre du compagnonnage marionnette
Avec le soutien de la DRAC Ile de France et le Conseil Général et Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines
Avec le soutien de la SPEDIDAM
Avec le soutien de CIDMA.

Lieux de région parisienne dans lesquels a tourné ce spectacle :
Site internet: http://www.cieamk.com/index.php?page=ginkgo