Fiche Compagnie

Association 16 rue de Plaisance / Benoît Sicat

Nom du ou des créateur(s)
Benoît Sicat
Présentation de la compagnie

Collectif d’artistes, production et diffusion de spectacles, actions culturelles…

Biographie du ou des créateur(s)

Benoît Sicat est plasticien-jardinier. Qu’il mette en scène des films, des spectacles, ou des œuvres plastiques, chaque fois son inspiration lui vient du paysage. Il se joue des frontières entre création artistique et culture de la terre comme pour rendre sensible le jardin-monde dans ses variations infinies.

Ses œuvres picturales, sculpturales et photographiques s’invitent dans des espaces publics et diversifiés. Certaines d’entre elles naissent directement de la terre, telles Le terrier – qu’il creuse dans un talus d’argile pour accueillir ici un cinéma underground ou une galerie d’arts primitifs, là des musiciens improvisateurs - ou encore Les telluriques, diapositives ayant vécues sous terre le temps d’une métamorphose argentique.

Il a créé Le jardin du possible et La réserve, spectacles-paysages tout public à partir de 18 mois.

Le jardin en marche, qu’il a filmé comme un journal de bord sur une année complète, raconte une année de jardinage, de créations et de rencontres. Depuis 2008, il a initié un projet de recherche entre art et paysage intitulé Terres de passages, en s’associant à des chercheurs et artistes, pour créer des jardins partagés, des scénographies horticoles ou encore des GARDENMOBILE.

Adresse
1 Rue Jules Lebrun 35000 Rennes
France
Téléphone
00 33 (6) 29 95 53 66
Email
16ruedeplaisance@orange.fr
Site internet
http://benoitsicat.blogspot.fr/
Contacts

Benoît Sicat, metteur en scène : benoitsicat@orange.fr

Liste des spectacles de la compagnie

Camping Interdit

Pour cette prochaine création, Benoit Sicat revient à une forme immersive. Deux étranges campeurs accueilleront le public dans un parcours poétique et ludique, constitué de tentes disparates. Chacun pourra découvrir et appréhender des matériaux naturels et des sensations corporelles. Dans ce camping décalé, les comédiens expérimenteront, pour la première fois, les possibilités de jeu avec le public, dans le cadre d’1,9,3 soleil….

Comment ça commence

On dirait un atelier de peintre
On dirait une toile blanche où l’image se projette
On dirait une peinture en film animé, une métamorphose
On dirait une musique brute, minimaliste et répétitive
C’est un peintre qui se nourrit de sons et d’images entre deux tableaux…

La Réserve

Une rencontre entre un plasticien-comédien et une danseuse.
Une improvisation des corps dans un environnement plastique construit.
Une expérimentation nouvelle du rapport entre l’art et la petite enfance.
Un vieil arbre creux. Un ramage en mouvement. Un paysage sonore mystérieux. Dans une
performance vocale et corporelle, les artistes impliquent le public en l’invitant à interagir…

Le Jardin du possible

Le jardin du possible est mon espace primitif. Ce spectacle est né tout seul. Il était déjà là en moi. J’y ai mis ce que je sais de la création et ce que je devine de l’enfance. Du jeu comme principe d’exploration du monde et de construction de soi. Des matériaux primitifs et toujours contemporains. Des bois, des cailloux, des feuilles, des terres cuites. Des objets qui nous survivrons. Le personnage du jardinier est ma solitude. De cette solitude essentielle à mon travail de création, et de cette solitude nécessaire pour s’offrir au paysage. Pour que le paysage s’offre à son tour. Cependant, cette solitude est un miroir en face du spectateur. Multiple et seul, lui aussi. Il n’y a ni dramaturgie, ni pédagogie, ni morale, ni jugement, ni hiérarchie. Cependant, il y a ce miroir, comme dans tout spectacle. Ici, enfants et adultes sont sur un même plateau, un territoire commun. Nous construisons la cité ensemble. Pas de bande son, pas de paroles. Le possible n’existe que parce qu’il n’y a pas de guide. La seule règle qui s’impose à nous tous c’est « Faire le plus possible avec, le moins possible contre », pour reprendre les mots de Gilles Clément. C’est un paysage dédié au temps, à l’écoute de soi et à celle du voisin. C’est un jardin….

Le Son de la Sève

Promenade visuelle, tactile et sonore dans une forêt d’arbres creux.
Arbres-trognes, oeuvres conjuguées de l’homme et du temps.
Pas de paroles, des gestes, des sons, une caresse, une musique.
Un paysage sonore collectif en perpétuel mouvement.
Chacun se trouve un arbre, tel un lieu de résonnance….