Actualité

Un communiqué bien pensé du Furet

Dans le contexte sensible qu’est celui de la France aujourd’hui, il nous a semblé pertinent de partager avec vous ce communiqué du Furet dans la mesure où il peut être utile à chacun pour accompagner les petits et tout-petits dans ces moments d’incompréhension…

 

du 19 novembre 2015

Construire la sécurité malgré l’horreur

Dessin de Jean Jullien : ''C'est une image solidaire, une image pour tout le monde"

 

 Suite aux événements de Paris, Le Furet s’inquiète pour les tout-petits et petits…
que l’on oublie parfois, pensant qu’ils ne peuvent pas comprendre.

Quelques réflexions à l’adresse des professionnels de la petite enfance…

L’enfant ressent les émotions de l’adulte
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les  jeunes enfants et plus particulièrement les tout-petits sont très sensibles aux états émotionnels des adultes qui les entourent. Il est nécessaire de leur expliquer, avec délicatesse, ce qu’on ressent pour mieux les rassurer.

L’enfant construit ses propres hypothèses
Si rien n’est exprimé l’enfant construit ses propres hypothèses et peut se croire responsable de l’état émotionnel de son entourage. On peut dire : « Je suis triste car des personnes ont été tuées » ou bien « Je suis en colère contre des méchants qui ont fait du mal à des gens »…

Proscrire les images dans la mesure du possible
L’enfant ne devrait pas être exposé aux images, trop impressionnantes et trop difficiles à appréhender pour lui. Notre fascination devant l’écran peut être perçue comme inquiétante, d’autant plus qu’à ces moments-là notre disponibilité se relâche. Il vaut mieux écouter la radio pour s’informer.

Prendre soin de soi, prendre soin de l’enfant
Retrouver des comportements habituels, se centrer sur le présent avec l’enfant, parler avec d’autres adultes, hors de sa présence, de ce que l’on vit et qu’on tente de comprendre. Laisser passer ses émotions sans s’y accrocher et retrouver un peu de calme pour laisser le raisonnement reprendre place.

Se mettre à l’écoute de l’enfant pour comprendre
Ce que la situation a provoqué comme questionnement, comme peurs, comme angoisses mérite d’être écouté. 
Observer si quelque chose dans son comportement a changé. A-t-il  plus besoin de doudou ou de câlins ? Son sommeil, son appétit  ou sa digestion sont-ils perturbés ? Les émotions s’expriment au travers du corps.

Rassurer par des mots, des gestes, des regards qui parlent de notre sécurité retrouvée. Parler au pédiatre ou à un psychologue si des signes nous inquiètent. Ne pas rester seul avec ses angoisses et se faire aider si on en ressent le besoin.

Aimer la vie, la nôtre et celle de nos tout-petits… Viva la vida !

Information spéciale

Suite aux évènements tragiques du 13 novembre 2015, nous vous invitons fortement à contacter les théâtres avant de vous y rendre pour un spectacle dans les jours à venir. La plupart des établissements culturels étant contraints de fermer leur portes au public jusqu’à nouvel ordre, il est fort probable que de nombreuses représentations soit annulées.

Une Mirabilia à Aubervilliers

 
 
La Mirabilia du Praxinoscope à Aubervilliers :
un lieu unique à découvrir toute l’année !
 
Depuis octobre 2013, la ville d’Aubervilliers reçoit chaque saison la compagnie Praxinoscope et sa MIRABILIA, un lieu d’accueil enfants-parents autour des pratiques artistiques et culturelles. 
Une expérience unique à partager avec vos tout-petits que nous vous recommandons.
 
Elle vous accueille tous les jeudis matin à 9h30, c’est gratuit, ouvert à tous, alors n’hésitez pas à venir découvrir cet univers exceptionnel.
Réservations au 07.82.20.10.74 ou par mail à diffusion@praxinoscope.org 
 
 
Et pour répondre à toutes vos questions sur La Mirabilia : c’est par ici.
 
 

FESTIVAL 2016

La 9e édition du Festival 1.9.3. Soleil! se déroulera du 18 mai au 5 juin 2016 dans les parcs, crèches et théâtres de la Seine-Saint-Denis.

Charlie en écho à nos voeux

Charlie Hebdo nous fait rire. Et pourtant, il ne veut pas nous divertir. Il ne veut pas nous endormir. Il utilise le second degré pour réveiller nos esprits, il nous provoque pour nous obliger à nous questionner.

Jamais le dessin de presse n’aura autant démontré sa portée, mais cela se fait malheureusement à l’occasion d’un effroyable évènement. Un coup de crayon, un trait et c’est la barbarie qui s’installe.

Il est plus que jamais essentiel que l’art se fasse une place de choix dans nos sociétés pour contribuer à ouvrir le regard, à encourager le débat et renouer avec notre humanité. Nous sommes des hommes de culture. Pas des animaux qui satisfaisons nos instincts sauvages.

Ce combat est pour nos enfants, pour qu’ils grandissent dans un monde où la liberté d’expression est préservée, où l’expression de la pensée permet le débat, l’enrichissement de l’être et l’avancée de l’humanité.

Nous adressons tout notre soutien à l’équipe de Charlie Hebo et à leurs familles. Des génies du dessins nous ont quittés

Caroline Prost